Méthodes d'aide

Pour se libérer du tabac, il faut avant tout être motivé. Malgré la détermination, arrêter de fumer reste une démarche exigeante. La bonne nouvelle, c’est que grâce à diverses méthodes d’aide efficaces, vous pouvez réussir! Renseignez-vous et assurez-vous de faire des choix éclairés, car les méthodes d’aide n’ont pas toutes le même rôle et ne répondent pas toutes à vos besoins.

Vous trouverez dans les sections qui suivent des renseignements pertinentes et des réponses à vos questions concernant :

Vous pouvez aussi télécharger notre outil «Je me prépare à arrêter» qui résume les notions les plus importantes sur les méthodes d'aide.

Les aides pharmacologiques

La nicotine contenue dans le tabac crée chez certaines personnes, une dépendance comparable à celle de la cocaïne. Lorsqu’on cesse de fumer, le cerveau, privé de sa dose habituelle, signale qu’il est en manque. Ce manque cause éventuellement des effets indésirables comme des maux de tête, de l’irritabilité, etc. C’est ce qu’on appelle le sevrage physique. Mais saviez-vous que l’utilisation de traitements réduit les effets du sevrage physique et diminue l’envie de fumer? Vous pouvez ainsi augmentez vos chances de réussite et diminuez vos risques de rechutes.

Il est possible d’évaluer votre degré de dépendance à la cigarette à l’aide d’un bref questionnaire sur le site de la Société Canadienne du Cancer. Un score élevé indique que vous êtes grandement dépendant et que vous gagneriez davantage à utiliser une aide pharmacologique.

Quel traitement choisir?
Trois traitements pharmacologiques ont scientifiquement prouvé leur efficacité dans la démarche de cessation tabagique:

Idéalement, ces traitements devraient être accompagnés de counseling antitabac pour augmenter les chances de succès. Consulter votre médecin ou votre pharmacien qui vous aidera à choisir le traitement qui vous convient le mieux. Il est important de respecter la durée du traitement et le mode d’utilisation de ces produits. Lorsqu’ils sont pris correctement, ces médicaments sont sécuritaires et ne causent pas de dépendance.

  • Les thérapies de remplacement de la nicotine (TRN)
    Les TRN sont offertes sous forme de timbres, de gommes, de pastilles, d’inhalateur et même de vaporisateur buccal (comme Habitrol, NicoDerm, Thrive et Nicorette).

    Ce type de thérapie consiste à aider le corps à s’habituer à vivre sans tabac, en réduisant graduellement les doses de nicotine auxquelles il est habitué. Le traitement est habituellement de 12 semaines et il est recommandé d’arrêter de fumer avant de commencer la thérapie.

  • Les comprimés de varénicline (Champix)
    Vendu sur ordonnance médicale seulement, le varénicline, qui ne contient pas de nicotine, diminue la satisfaction que procure la cigarette. Il agit sur les récepteurs de nicotine situés dans le cerveau, en réduisant l’intensité de l’envie de fumer et des symptômes de sevrage de la nicotine. Il est recommandé de commencer le traitement 1 semaine avant d’arrêter de fumer afin que la concentration du médicament soit suffisante dans l’organisme. Le traitement dure habituellement 12 semaines, mais il est possible de le prolonger jusqu’à 6 mois.
  • Les comprimés de bupropion (Zyban)
    Vendu sur ordonnance médicale seulement, le bupropion, qui ne contient pas de nicotine, est en réalité un antidépresseur auquel on a trouvé des vertus antitabagiques. Son mécanisme est encore inconnu, cependant, il a été prouvé qu’il soulage le besoin de fumer et les symptômes du sevrage. Il est conseillé de commencer à prendre ces comprimés 1 semaine avant d’arrêter de fumer afin que le médicament agisse de manière efficace. Le traitement est habituellement de 12 semaines, mais il peut être prolongé.

Les aides pharmacologiques comportent-elles des effets indésirables?
Bien qu’elles puissent aider à réduire et à soulager plusieurs symptômes physiques et psychologiques dus au sevrage de la nicotine, les aides pharmacologiques peuvent créer chez certains individus des effets secondaires. Entre autre, elles peuvent causer des nausées, des troubles du sommeil et des céphalées.

Si vous recourez à une aide pharmacologique et que vous vivez des malaises et des symptômes, consultez votre médecin ou votre pharmacien pour faire le point, plutôt que d’abandonner votre traitement.

Les traitements coûtent-ils cher?
La plupart des aides pharmacologiques sont couvertes par le régime public d’assurance médicaments ou les régimes privés. Une ordonnance du médecin ou du pharmacien est nécessaire pour obtenir le remboursement. Informez-vous auprès de ces professionnels de la santé pour connaître la procédure de remboursement.

Les approches alternatives

Certaines approches alternatives, telles que l'acupuncture, l'hypnose, les cures de déconditionnement, la phytothérapie et l’homéopathie, peuvent traiter le tabagisme. Aucune étude scientifique n’a toutefois confirmé leur efficacité.

L’effet relaxant de certaines approches peut être intéressant, en complément à une aide pharmacologique. Toutefois, avant de recourir à l’une ou l’autre de ces approches, renseignez-vous sur la formation des intervenants, la sûreté de la méthode ou des moyens utilisés, le nombre de séances, le coût de ces dernières et la possibilité qu’elles soient remboursées par votre régime d’assurance.

Si vous envisagez de prendre des produits naturels, informez-vous auprès d’un médecin ou d’un pharmacien sur les risques d’interactions avec d’autres médicaments.

La cigarette électronique: prudence!

La cigarette électronique est un nouveau dispositif électronique contenant une pile et un microprocesseur qui diffuse de la vapeur. Il existe 2 sortes de cigarettes électroniques : celles avec et celles sans nicotine. Bien que la mise en marché de la cigarette électronique ne soit pas réglementée au Canada, celle-ci gagne en popularité, entre autre grâce à sa commercialisation sur internet. Toutefois, Santé Canada et la Direction nationale de santé publique du Québec recommandent aux Canadiens de faire preuve de prudence, car leur composition peut ne pas correspondre à ce qui est écrit sur l’emballage. Il est donc recommandé d’en discuter avec un professionnel de la santé.

Pour lire la mise en garde de Santé Canada, cliquez ici.
Pour lire la mise en garde du directeur national de santé publique du Québec, cliquez ici.

Dans le cadre du Défi, nous autorisons nos participants à utiliser la cigarette électronique comme méthode d’aide pour arrêter de fumer. Toutefois, veuillez noter que tous les gagnants des prix, quelle que soit la méthode d’aide utilisée, devront passer un test de nicotine. Pour en savoir davantage, visitez la section «Règlement».

Évaluez cette page


facebook

Dernière modification: 22/07/2014